Australie, 2017

Jour 1 : Great Ocean road

211 km en voiture - 8 km à pied - 18 degré (ressenti 24)

Trois fuseaux depuis mon départ de Paris, l'avion se pose. avec du retard (oui 2h15 de retard). Je devais faire toute la route aujourd'hui mais le retard de l'avion et ma fatigue n'aidant pas, je n'en ai fait que la moitié. Je me suis arrêtée à la tombée de la nuit (vers 17h40). Vous voyez ces photos de cartes postales où vous vous dites que l'image a subit un petit photoshop parce que c'est impossible d'avoir ces couleurs ? Bah, si ça l'est... possible ! Je me suis promenée dans des décors à couper le souffle, passant de côtes rocheuse à des cascades dignes de la forêt amazonienne. Je vous laisse voir quelques photos et on se retrouve demain.

Jour 2 : Great Ocean road - Tower hill reserve

355.10 km en voiture - 13km à pied - 11 degré (ressenti bien pire)

Je me réveille, et mon réflexe est de regarder par la fenêtre.  Cette nuit il a plu des cordes. Une vrai tempête. Il est 7h15 et il fait 11 degrés. Je reprends la route. Je pensais faire comme hier et longer la côte, mais me voici sur une route bordée d'arbres à troncs "à noeuds", avec de la végétation en guise de toit. Remarque comme ça, je ne vois pas le mauvais temps. Et voilà que la brume s'invite...

Enfin j'aperçois la côte. Le moment est venu d'affronter ce temps, comprendre : aller  la rencontre des "12 apôtres" (même si aujourd'hui ils ne sont plus que 8, et bientôt 7). Les apôtres ? Ce sont des aiguilles à flan de falaise, isolées dans la mer ; attaquées par le vent, le sable et la mer.

Quelques kilomètres plus loin, je traverse la ville de Port Campbell. C'est un adorable petit village lové dans une crique. au centre de ce village, on trouve la seule plage où l'on peut se baigner en toute sécurité. Mais bon, les 11 degré et la pluie me font passer sur ce coup là.

Je décide d"aller à la Tower hill réserve. Nichée dans le cratère d'un volcan, ces lacs abritent de nombreuses espèces que j'espère bien voir. En allant dans le "gift shop"je suis reçue par le maître des lieux qui m'offre un thé. Avec plaisir (avec ce temps). Les autres visiteurs ont décliné. L'homme m'explique où une famille de koala s'est installée. Ni une, ni deux : en route !

13h30, mon ventre à faim. Une pause s'impose. Direction Port Fairy. Ancien port de baleiniers et chasseurs de phoque, aujourd'hui le centre-ville fait penser à une de ces petites villes de l'ouest américain. Je vais manger, sur les conseils du guide du routard, dans un lieu introuvable (sauf si vous avez le guide du routard et quelques australiens à votre disposition). Je me suis régalée avec une tartine au pain complet et ses morceaux d'avocat, accompagnés de leurs deux oeufs pochés.

14h30, le temps d'une promenade sur Griffit island et en route vers Adélaïde.

Jour 2 : suite

Apres vous avoir laissé, j ai mangé et je suis descendue au rez-de-chausée de mon hôtel voir ce qui se passait. Des gars m'ont invitée à jouer avec eux aux fléchettes. Let's go ! Bon je ne suis pas très douée et il se fait tard.

Jour 3 :

542.70 km

Il est 6h45, en route. Alors que je roule prudemment à cause des kangourous, j'en vois justement un qui hésite à traverser devant moi. Il ne fait rien, ouf ! Pour lui comme pour moi. Si j'ai commencé ma journée avec 10 degrés , à 10h il fait déjà 17. 

12h00. J'arrive à Adelaide. Ville agréable, verte et très aérée. Ici, les espaces verts ont la priorité, mais je n'ai pas le temps de m'étendre, il me faut un panneau et un endroit où manger. Bon bah... 12h30, et au lieu de trouver un panneau j ai eu un accident. Vous comprendrez que là, le panneau c'est le dernier de mes soucis. J 'attend de savoir combien je vais devoir  payer pour ca. 

16h30. Je repars allégee de quelques dollars mais bon, on essaie de prendre ça du bon côté parce que je ne veux pas gâcher le reste de mes vacances et que le plus long tronçon reste à venir. 

18h. la nuit est tombée, mon GPS ne veut plus fonctionner. Je décide de m'arrêter là avant de faire n'importe quoi, comme de prendre une mauvaise route, percuter un kangourou... Je trouve un hôtel, mais pas de wifi, vous saurez la suite demain.

Jour 4 : outback

878.30 km

J'attends le jour pour partir, faudrait pas que je percute un kangourou en prime. Philisophie du jour : "Keep smiling and take it easy".

L'outback c'est des routes de rien.  Mais pas le même rien qu'aux Etats-Unis (cf : Nebraska), non ici c est un rien coloré qui s'offre à moi. Avec beaucoup d'animaux. L'outback c'est des routes à l'intérieur du pays, sans la côte pour vous donner de l'air. Il fait 12 degres et j'ai l impression qu'il en fait 20. Ici des cadavres de kangourous bordent la route. Pour info, il ne faut jamais conduire de nuit, les kangourous cherchent la chaleur de l'asphalte et sont attirés par les phares des voitures, aussi ils se jettent sous les roues des véhivules. Bon ok, ça n'est décidément pas le même rien qu'aux Etats-Unis, mais bon... Au bout de 600 km de rien : Gavage !Bref, un arrêt le temps d'une pause déjeuner. Sur une aire avec une table, un arbre et.... rien. Heureusement, il fait beau et j'entends les oiseaux.

Le jour commence à tomber et il me reste 200 km avant la prochaine ville. Je ne peux pas accélérer, au risque de percuter un kangourou ; et je ne "dois" pas rouler de nuit. Je fais une prière sourde à une entité supérieure à laquelle je ne suis pas certaine de croire, lui implorant d'arriver avant la nuit. La recherche d'hôtel se trouve tendue. Complet ou trop cher. Je décide de dormir dans ma voiture.

19h00. Un australien toque à ma voiture et on discute. Ca me fait de la compagnie. Au bout d'un moment, il me dit qu'il va me payer l'hôtel, sans rien demander en échange, juste parce qu'il ne peut pas me recevoir chez lui et qu'il ne peut pas se résoudre à me laisser dormir dans ma voiture. Parce qu'il peut se le permettre financièrememt. Il m'explique que parfois dans la vie, la providence met des gens biens sur ta route. Il me dit que c est le cas ce soir, pour moi comme pour lui.

La providence, on la croise souvent en Australie.

Jour 5 : outback

572.90 km

7h00. Je prends la route. Encore. La journée va être longue. Heureusement pour moi, le décor change, je suis genre en mode safari / savane. Des familles de kangourous sont sur le côté de la route, il y en même un qui mâche une tige de je ne sais quoi. Il me fait l'impression d'un homme mâchouillant son bâton de réglisse. Dès que je m'approche, ils s'enfuient. Aucune photo possible.

16h00. J'ai retenu la leçon d hier; je cherche un hôtel. Pas question de jouer la course avec la prochaine ville.

Jour 6 : outback

646.09 km

A l'hôtel où je me suis arrêtée, il y a des poules et des vaches. La réceptionniste de l'endroit me dit que je peux avoir des oeufs et du lait frais au petit-déjeuner si je le souhaite.

Cette nuit, il a plu des trombes d'eau. Ce matin, les routes sont inondées. Je pense que je vais mettre plus de temps que prévu pour arriver à destination. La fraicheur de la pluie a fait sortir les kangourous, on les compte par dizaines sur la route. Spectacle magnifique, avec en bande son, le chant des cacatoès.

11h00, J'arrive a Gatton, la ville où vit mon frère. Le moment d'une pause fraternelle, avant de reprendre la route. Heureusement, bonne nouvelle, mon GPS veut bien refaire la route avec moi. Ouf ! Ca aurait été pénible de trouver des adresses a l'ancienne, sans plan d'aucune ville.

Jour 7 : Noosa National park et Sunshine coast

73.5 km de voiture et 25.39km a pied

Aujourd'hui c'est plus cool. Départ prévu pour 9h00. Mais bon, le soleil et les oiseaux ne me laissant pas en paix, je suis prête a 8h. En route pour Noosa National Park. C'est un lieu de préservation de la flore et la faune. On peut y croiser des espèces menacées comme le koala, ou le cacatoès de Latham. Il faut penser à ouvrir l'oeil car il se peut aussi que l'on croise un marsupial.

Je commence par le chemin de numéro deux, il me fait du bien, direction la foret amazonienne. Pour rejoindre le parking, j emprunte le chemin numéro 4. Celui qui longe la cote. Surfeurs et paysages à couper le souffle sont au rendez-vous. Une pause s'impose, le temps de déguster un "toasted sandwich" avec tomates, lard et fromage. Je suis prête pour le chemin numéro 3 . Celui ou je suis censée voir des koalas, même si moi, je n'en ai pas vu un seul.

Tant pis, je décide de rejoindre la sunshine coast pour me trouver un endroit ou je pourrais lire. Je me pose sur le sunshine beach, un spot de surfeur. Je reste la jusqu'au moment d'aller chez Wayne.

18h00. J'arrive chez Wayne, il me cède son ordinateur gentiment pour que je puisse vous donner des nouvelles. Puis, nous allons partager un moment ensemble au restaurant. J'essaie le kangourou. Il est servi avec une salade, c est très bon, peut-être un peu trop cuit, mais très bon. Wayne me propose de me laisser à Noosa demain, pendant qu'il déménage des amis et me dit qu'après on pourrait aller surfer. Il a une planche pour débutant, si je veux essayer.

Jour 7 : Sunshine coast

Aujourd'hui, repos. Dans ma tête c'est dimanche (et en réalité.... On s'en fou !). Je prends le temps de vous donner des nouvelles depuis l'ordinateur de Wayne, le mien ayant lâché, d'où mes nouvelles en pointillés. Wayne est hyper sympa, en rentrant du restaurant il est allé jouer de la guitare. Sachant que j'allais bientôt en Nouvelle-Zélande, il m'a offert un bonnet et un manteau. J'ai promis de lui renvoyer une fois en France, on ne sait jamais, pour une autre couchsurfeuse dans le besoin -lol.

Ce matin, j ai eu le droit à un super petit-déjeuner, toast au beurre d'amande et miel avec un thé. En route pour la plage et une journée surf, pas grand chose à dire. Je ne suis pas douée, je ne fais pas grand-chose. J'ai pris une ou deux photos que vous trouverez dans l'album. A midi j'ai tout de même fait une pause hamburger au steak de kangourou, oignons frits. Bon, je sais que ça ne fera pas saliver tout le monde mais vous n'aurez qu'à m'accompagner avec la bruschetta et ses champignons, tomates, oignons servie avec ses deux oeufs pochés.

Jour 8 : Lone Pine Koala

678,9 km en voiture et 13 km a pied

Aujourd'hui je part pour Lone Pine Koala Sancuary. C'est le parc contenant le plus de koala au monde, je devrais aussi voir l'amusant casoar, le wombat, ou le dingo. Allons verrier tout ca. Il est 7h00 et je me met en route. juste avant d arriver je traverse une ville aux allures de San Francisco. Démarrages en cote et descentes dignes de parcs d attractions sont au rendez-vous.

9h00. J arrive au sanctuaire des peluches. Ici, ces adorables petites créatures vivent dans des arbres a hauteur d'homme pour que tout le monde puisse les voir. Un koala par arbre. Quand vous allez voir les kangourous, vous entrez dans leur espace. J'en ai caressé plusieurs. aussi doux que des peluches. Quand au câlin avec les koalas, je ne le fais pas. Ca me déchire le coeur au moment ou le personnel arrache une peluche à son arbre et son sommeil. Je ne souhaite pas participer à cela. 

11h00. En route pour les blue mountains. En roulant, je traverse divers paysages. Pour commencer j ai un fleuve, enfin un cours d eau, qui coule sur ma droite ; tandis que cote conducteur, il y a d immense champs de canne a sucre. Oui, oui, de canne a sucre. Plus loin, je me trouve  au coeur de montagnes que je sais ne pas être celles aie je vais visiter. 

16h30. Il est temps de chercher un hôtel 

Jour 9 : blue mountains

579 km en voiture et 36,11 km a pied

Hier soir, il y avait un match de foot a la télé. Retransmis dans la grande salle de l''hôtel. si ça n a pas rassemble toute la ville, en tout cas, la salle était pleine. Remplie. Prête a exploser. Ici pas question de regarder le sport religieusement. on crie, on hurle, on tape du poing sur la table. On rit. On encourage. On supporte. De 19h00 a 23h00, du bruit de toute part. Sous forme de désespoir ou de joie en fonction des moments. 

Cette nuit, il y a eu du vent. Je n avais jamais entendu ça de ma vie. a certain moment mon lit tremblait comme si je logeais au dessus d une rame de métro. Mais non, ça n'est que le vent associé aux passages des poids lourds. Je me souviens m être demandée si la voiture serait intacte au levé du jour.

au petit matin, 6h00, elle était la. Elle m'attendait sagement. Ma route commence avec les montagnes que j ai laissées hier. Au fil du temps je me retrouve à flan de falaises. Dans le parc, une multitude de petits villages bordent la route. Un peu comme dans le sud de la France, ceux qui longent la plage. il est 14h00, et je décide de prendre une chambre tout de suite dans un 'backpacker', ça sera ça de moins a faire la nuit tombée. 

il règne un petit air de Grand Canyon ici, en plus vert. Mais les australiens ne sont pas comme les américains, ici pas de "disneylisation" possible. il y a des sentiers mais a toi de faire attention ou tu mets les pieds. Une randonnée n est pas un petit chemin tout tracé que tu arpentes. Et aussi, le temps s'est beaucoup rafraichi ici, et oui, je vais vers le sud, il commence a faire froid. en plus l'altitude n aide pas. Il fait 16 degré, mais si on me demande je répondrais probablement qu'il n en fait pas plus de 10.

Jour 10 : blue mountains

??? km en voiture et 38,09 km a pied

Ce matin en ouvrant les rideaux, je vois que les voitures ont gelées. Je regarde la météo et ... il fait -2 degré. Allez courage, je vais affronter le froid. Je décide de faire une randonnée de niveau 4/5 mais qui mène a des cascades qui font rêver. j ai l'impression d'être dans Indiana Jones ou dans les Goonies. Ici les pancartes vous demande de faire très très attention à vous. Les chemins sont très étroits et descendent a pic. Au moment de monter à flan de falaises je suis prise de vertiges. Pour éviter le malaise qui me guette je fais une halte. Malgré mes efforts, le malaise pointe le bout se son nez. Je m allonge sur un rocher et attend un peu. Le "loop" fait 4h00 de marche et c est à peu de chose près ce que j ai mis. Le jeu en vaut grandement la chandelle, les cascades sont magnifiques.Un spectacle à couper le souffle. 

Le temps d'une pause s'impose. Je m'arrête dans un lieu digne d'un Agatha Christie. Ou peut être plus dans la lignée d'une série où je m'attend à tout moment à voir 'Jessica Fletcher' franchir la porte. Bref, un croissant au jambon plus tard, me voici en route pour Sydney.

J'ai rendez-vous a 17h30 avec Sameer dans ce que je pense être un café. Pour aller a Sidney, j'emprunte des directions comme "Toronto", "Liverpool", ou "Brooklyn". Autant d endroits qui font rêver, mais je garde le cap vers la ville de lumière. Arriver dans la ville, j avoue que j étouffe un peu. Beaucoup de circulation, une ville comme n'importe quelle grande ville. Grise. Salle. pas faite pour les automobiles. J'arrive à me garer au bout de 3/4 d'heure dans un parking qui ferait passer "Vinci" pour l'abbé Pierre. Bref, je rencontre Sameer a "Martin place" et comme il me fait faire un rapide tour de la ville, je saisie alors toute la beauté de Sidney et comprends ce qui fait d'elle une ville magique.

Jour 11 : Sidney

23 km a pied

Ce matin , je me lève vers 8h00 et partage mon petit déjeuner avec Sameer. On se raconte quelques anecdotes de voyages. Je lui demande sont les endroits qu'il me conseille d'aller voir, fais mes plans, et .... Direction Sidney. 6 arrêts de trains plus tard, je suis dans la place. Je commence par une promenade au jardin botanique, puis direction la Cathédrale Sainte Mary. Il se met a pleuvoir si fort que rester dehors est impossible. je me dirige vers le musée d art contemporain et profite du mauvais temps pour faire une visite. A la tombée de la nuit je me dirige vers l'opéra de Sydney pour avoir une vue sur le pont, puis quelques minutes plus tard je fais le contraire. Toujours sous la pluie. 

A 18h30, j' ai rendez-vous avec Debanka, avec qui je projette d allez en Tasmanie. On discute de ce que l on souhaité faire et on se met d accord sur un circuit. Je le quitte vers 22h00, reste encore un peu puis rentre à Parramatta où je passe ma dernière nuit avant de continuer ma route.

Jour 12 : En route vers Melbourne

348,7 km  en voiture

Hier soir Sameer a invité des amis. Grosse soirée jusqu'à 4 heures. Ce matin, je reprends la route, il est 9 heures et mes yeux piquent un peu. Aujourd'hui le ciel est bas. Je traverse des montagnes au milieu de nuages. Je tente quelques arrêts aux "lookout", mais la visibilité est telle que je reprends la route dans la foulée. 

Alors que je devais m'arrête à Canbera que pour dire que j'y était passée, la ville dévoile un charme auquel je ne m attendais pas. Je me dis que passer la nuit ici devrait être une bonne idée, mais c'était sans compter que c est la capitale politique du pays et que les prix s'en ressentent. 

Aussi, je vais tenter ma chance quelques villes plus loin, et je m'établis a Yass. Je suis dans un hôtel qui n'est en fait qu'une grange. Au coin du feu quelques "cow-boy" jouent aux cartes. Je m'installle moi aussi proche de cette source de chaleur et sors mon livre.

Jour 13 : En route vers Melbourne

776,9 km  en voiture

Cette nuit il a gelé, j ai gagne le droit de gratter la voiture. Je prends la route dans un épais brouillard où je ne vois ni ou je vais ni s'il y a des voitures. Ni le paysage, cela va sans dire. Afin de me réchauffer, je prends un prends un petit déjeune en même temps que je fais mon plein d essence. En consultant mon guide et comme j ai un peu de temps, je décide de me rendre a Philip island.

C'est sans compter sur les embouteillages. Mes premiers en Australie. J ai mis 3 heures de plus et donc je suis arrivée trop tard pour la parade des manchots. (les plus petits du monde) Tant pis, je suis proche de Melbourne, je visiterai l'ile demain matin.

Jour 14 : En route vers Melbourne

218,9 km  en voiture

L'auberge de jeunesse ou je me suis arrêtée est hyper sympa, rencontres amusantes et enrichissantes sont au rendez-vous. Au programme aujourd'hui, remonter sur Melbourne, nettoyage de voiture, trouver ou passer la nuit avant de me rendre en Tasmanie

Escale à Melbourne ; jour 1

20 km  à pied + 1 ligne de bus & 2 lignes de métro

Aujourd'hui je décide d aller voir la Cathédrale Saint Paul. L'architecture victorienne côtoie la ville et ses buildings modernes. Je dois avouer que l ensemble est assez agréable à voir, même pour moi qui n apprécie pas forcement le mélange des styles.

Dans la station de train ou j ai mon arrêt, je cherche une "célèbre" horloge dont le guide du routard fait mention. Trois "routard " à son actif, mais je n arrive pas a la trouver, quand bien même je me fais aider par les habitants. 

Ne perdons pas plus de temps, direction le "Royal Botanic Garden". Une réelle bouffée d aire frais, même si la ville reste aérée avec ses grandes rue et ses trottoirs immenses. Mais ici, j ai une impression de calme et de jardin a la japonaise. J'y perds la notion du temps, et bientôt il est l'heure de rentrer.

Escale à Melbourne ; jour 2

14 km  à pied + 3 ligne de bus & 2 lignes de métro & 3 lignes de tram

Aujourd'hui je suis contrainte de retourner à l agence de location de voiture où j ai oublié mes lunettes. Cela me prend la matinée entière car c est proche de l aéroport et pas  évident en transport. Après avoir perdu la moitié de la journée dans mon expédition "si-j-avais-une-tête-je-perdrais-mois-de-temps", je décide de me promener dans le quartier de St Kilda.

Autrement dit, un petit tour à la plage. Ici je suis sensée voir les manchot, mais la chance n étant pas de la partie, je n en vois aucun et il commence à se faire tard. Direction le Queen Victoria Market qui ouvre ses porte a 18h. Une fois devant l'édifice j apprends que le marché d' hiver et le Queen Victoria sont fermés jusqu qu vendredi. Exceptionnellement. La poisse, bon bah.... je rentre.

Demain direction la Nouvelle-Zelande

Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait?

On part à l'aventure?

© 2009

Ou on rentre à la maison?